L'histoire à Beida

Publié le par Sylvain

 

Certains esprits chagrins me reprochent dans l'oreillette mes jugements moralistes sur mes pauvres petits étudiants chinois. Il est pourtant assez frappant de constater que ceux-ci n'ont même pas conscience de vivre dans une dictature. Ils ne se rendent absolument pas compte de la censure exercée par le gouvernement, à travers son jovial Ministère de la Propagande.

 Cependant, il est vrai que j'ai un peu jeté le bébé avec l'eau du bain, en considérant qu'ils voulaient tous faire du bizness, que rien d'autre ne les intéressait. J'ai eu hier un démenti tout à fait officiel de cette information, par le directeur de Beida himself, qui animait une grande réunion de rentrée. Je vous rassure, je n'y suis pas allé, j'ai laissé le soin à ma police secrète personnelle de me faire un petit résumé.

 Dans cette réunion ennuyeuse à souhait, donc tout à fait réussie, il est apparu une information qui n'en finit pas de m'étonner : l'option la plus choisie par les étudiants de 1ère année n'est pas, comme je voulais perfidement l'insinuer, l'économie, le marketing, ou que sais-je encore. Non non, absoluement pas. Ces disciplines ne se classent qu'en seconde position derrière... je vous le donne en mille: l'histoire. Oui, vous avez bien lu, dans cette fac où l'on ne peut pas parler du massacre, il y a 16 ans, des étudiants du campus, on étudie l'histoire. Vous trouvez cela étonnant? Mais enfin, c'est parfaitement normal, voyons!

Alors que l'on ne trouve bien évidemment pas un seul livre sur le mouvement démocratique de 1989 et sur sa répression. Pas plus que de livres sur, mettons, le Tibet, par exemple. De toute façon, chacun sait qu'il n'y a pas de problème au Tibet, et que les Tibétains sont tous fous de joie d'appartenir à la grande nation chinoise. Tout comme chacun sait, bien entendu, que le Dalaï-Lama est un criminel notoire, un terroriste sanguinaire. 

  S'il y a bien une chose qui m'intrigue, c'est celle-ci: dans une fac où l'on apprend aux étudiants tout, sauf à se forger un semblant de pensée personnelle , comment peut-on faire de l'histoire? Ou alors c'est des gens qui aspirent à devenir consultants pour les séries costumées ringardes à la télé, qui sait?

  Mais comme je ne vais pas passer mon temps à déblatérer contre la dictature pseudo-communiste, j'ai mis en ligne un 2e album photo. Allez faire un tour, et n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

Publié dans Brèves de campus

Commenter cet article

Sylvain 14/11/2006 02:41

Hola, non, loin de moi l'idée de me faire l'apologiste de la bigoterie bouddhiste, qui est, après tout, une bigoterie comme une autre. Mais de là à affirmer sans ciller, comme l'immense majorité des Chinois, qui reprennent la propagande officielle, que le dalaï-lama est un terroriste, et que le Tibet a toujours été chinois... Il y a une nuance, un fossé même, que je m'efforce de ne pas franchir. Mais encore une fois, je suis d'accord avec toi sur le fond, à savoir qu'on s'exagère sans doute en Europe les "méfaits" du colonialisme chinois; la réalité est plus complexe.

ainsivalavie 13/11/2006 16:56

ola ola ola, attention aux raccourcis quand on parle du tibet, 99% des etrangers qui parlent du tibet ce sont eux aussi fait bourrer le crane, ca faut peut etre pas l oublier. Ce nest pas pour dire que ce qui se passe au tibet est rose, mais c est "moins pire". la societe lamaique etait une societe digne de nos moyens ages europeens, droit de vie et de mort dans la minute, creve la dale car offrandes a tout va, offrande du peu que l on a bien sur. alors je dis, mollo sur les mefaits de la chine au tibet.je le repete, tout ca n est pas rose, mais regardez a deux fois ce qui se passait avant, ca, tous les documentaire "historique" sur l entree de la chine au tibet se gardent bien de vous en informer

claire 24/09/2006 18:35

top moumoutte grue3 !