Fête de la Lune

Publié le par Sylvain

Me voilà presque devenu un vrai petit pékinois. Pour preuve, en ce moment je suis assailli de gens qui tiennent absolument à m'offrir des gâteux de lune, ou yue bing. Alors, le gâteau de lune, keskecé? Et bien le problème est là: c'est un peu tout et n'importe quoi. Au départ, le gâteau de lune s'offre au moment de la Fête de la Lune, ou Fête de la mi-automne, et qui tombe le 15e jour du 8e mois lunaire, c'est-à-dire (je vous épargne les calculs) le 6 octobre. Fête lunaire, fête des moissons, elle est surtout censée être une fête de famille, temps des retrouvailles autour d'un repas de famille.

Donc, pour fêter la lune, qu'est-ce qu'on fait? Et ben on s'offre des gâteaux en forme de lune: les yue bing, des gâteaux ronds comme la Lune (avouez que les choses sont bien faites), fourrés avec à peu près tout ce qui vous passe par la tête (pour une explication culinaire plus élaborée, voir le blog de Cris. Jusqu'ici, ça a plutôt l'air mignon, non?

Mais maintenant, mon brave Monsieur, la Chine n'est plus ce qu'elle était, depuis qu'on y célèbre Noël comme si de rien n'était, comme de vulgaires Français. Donc, le marketing a mis son grain de sel là-dedans (je sens venir les commentaires dénonçant une fois de plus mes postures moralisatrices, mais tant pis), et a fait du gâteau de lune, tradition essentiellement familiale, une espèce de gigantesque attrape-nigaud. Maintenant, tout le monde s'offre des gâteaux de lune: les membres d'une même famille entre eux, le patron à ses employés, les employés à leur patron, les élèves à leur prof, le chauffeur de taxi à ses clients, le chien à son maître et le canari au chien - enfin, vous saisissez l'idée.

Me voilà donc envahi par les paquets de gâteaux de lune. Car bien sûr, ce qui compte avant tout, c'est l'emballage plus que le contenu. A se demander parfois si c'est vraiment fait pour manger... C'est donc la course à l'échalote à celui qui offrira la boîte la plus rutilante, car plus il y a de dorures et de rouge et de dragons et d'autres saloperies dessus, plus ça vous a coûté cher, et donc plus vous honorez votre patron, client, chien, etc.

En attendant, moi, je prends tranquillement des kilos. Les coutumes ont parfois du bon!

 

Publié dans lostinbeijing

Commenter cet article